L'obturateur d'un appareil photographique


Le fonctionnement et l'utilisation de l'obturateur d'un appareil photo

L'obturateur d'un appareil photographique est un mécanisme qui, quand il est déclenché, procède à une séquence de mouvements des deux rideaux, afin de laisser passer la lumière pendant un lapse de temps déterminé.

La vitesse d'obturation qui est utilisée  détermine le temps que l'obturateur va exposer le capteur photosensible dans le boîtier de l'appareil photo. Selon la quantité de lumière et la vitesse de ce que l'on photographie, on va utiliser une vitesse d'obturation qui va permettre de figer la scène, mais quand même bien exposer le capteur.

Une fois qu'une vitesse d'ouverture est choisie, l'appareil va activer les rideaux de façon à produire une exposition uniforme du capteur. Le premier rideau se déplace vers le haut, exposant le capteur. Le capteur étant plus large que haut, l'obturation se fait de haut en bas, car le rideau a une moins grande distance à parcourir de cette façon.

Photo du capteur DX d'une D300s avec l'obturateur ouvert

Comme il se déplace de haut en bas, ou l'inverse, la partie du haut commence à être exposée avant le côté en bas du capteur. C'est pourquoi il y a un second rideau qui va fermer l'ouverture dans le même sens que le premier, et ainsi fournir le même temps d'exposition pour toute la surface.

Ensuite, le premier rideau revient à sa position originale, qui recouvre le capteur complètement, et le second rideau se range à nouveau à sa place, et on est prêt à activer l'obturateur à nouveau. Selon le boîtier numérique, il est possible que le second rideau devienne le nouveau premier rideau, ce qui augmente la vitesse de déclenchement continu.

Photographie du rideau de l'obturateur d'un appareil photo

Plus on augmente la vitesse, à un certain point, le premier rideau de l'obturateur n'a pas fini de s'ouvrir, que le second commence à fermer l'ouverture. Ils se suivent de plus en plus près, jusqu'à la plus petite vitesse d'obturation de la caméra, où les deux rideaux ne sont séparés que par une petite lisière entre eux. Cela donne un peu le même effet qu'un numérisateur qui ne voit qu'une petite lisière à la fois.

Si on utilise un flash, la vitesse maximum descend, car l'ouverture de l'obturateur doit être complètement ouverte quand le flash illumine la scène. Sinon on n'aurait qu'une section de la photo qui aurait reçu la lumière du flash, et les autres sections de la photo seraient sombres. La appareil photo va donc utiliser la vitesse maximum d'obturation qui laisse le premier rideau s'ouvrir complètement avant que le second commence à ce fermer. Le flash est alors déclenché au moment ou le premier rideau est complètement ouvert, puis le second rideau se referme.

Selon ce que l'on photographie, on doit utiliser une vitesse d'ouverture acceptable, pour éviter que les mouvements donnent du flou. Pour les objets fixes, on utilise simplement un trépied, et on peut baisser la vitesse d'obturation. Pour photographier les gens qui peuvent bouger, cligner des yeux... on va utiliser une vitesse de 1/100 et plus. Pour le sport, on doit figer la scène à 1/200 et plus, selon la rapidité de ce que l'on photographie.

Si c'est une journée bien ensoleillée, on va rarement avoir un problème d'obturation trop lente, mais à l'ombre, ou le soir, on va devoir utiliser un flash, ou un objectif qui permet une ouverture du diaphragme plus grande, et ainsi laisser entrer plus de lumière.

Une bonne exposition dépend de l'ouverture de la lentille, la vitesse d'obturation, et la sensibilité ISO du capteur. Si on ne peut pas utiliser un flash, ou une obturation plus rapide, on va alors ajuster la sensibilité ISO pour permettre d'obtenir une photo dont l'exposition est adéquate.

La nuit, pour photographier la voie lactée par exemple, on va utiliser un trépied, une télécommande d'obturation, et une longue exposition pour capter le peu de lumière qu'elle projette. Pour des vitesses d'obturation lentes, il faut absolument utiliser un trépied, sinon, on va capter toutes les vibrations de nos mains.

Pour utiliser une vitesse d'ouverture spécifique sur un appareil photo, on tourne la molette de sélection sur la lettre S, pour le mode Shutter Speed. L'appareil va alors ajuster les autres paramètres autour de cette vitesse d'obturation pour obtenir une photo bien exposée.

Si on utilise un flash, la vitesse maximum va diminuer à la vitesse maximum que l'appareil peut produire avec les rideaux complètement ouverts. Donc, en plein soleil, on pourra utiliser des vitesses d'obturation de 1/1000 de seconde et moins, mais avec un flash, on va habituellement obtenir environ 1/320 de seconde au plus rapide.

Pour éviter le flou des mouvements, il faut éviter le mode de prise de photo automatique, car il va souvent descendre la vitesse en bas de 1/60 de seconde, qui n'est pas l'idéal à main levée. J'ai rapidement constaté que les insectes bougent trop pour des vitesses en bas de 1/250 de seconde. J'utilise donc le mode manuel ou le mode vitesse (S) pour m'assurer que je fais de bonnes photographies.

Le mieux, c'est de faire quelques tests pour voir quelle vitesse permet de bien figer les gens ou objets en mouvements dans votre photo. Si on doit utiliser une basse vitesse, on va alors devoir utiliser un trépied, ou un flash pour augmenter la quantité de lumière.

Comme une bonne exposition dépend de l'ouverture, la vitesse et la sensibilité ISO, on peut les varier de façon à obtenir la bonne quantité de lumière afin d'activer le capteur photosensible de l'appareil photographique adéquatement.